Sécurité
Objets abandonnés : la RATP et Île-de-France Mobilités pérennisent les équipages cynotechniques
Après 18 mois d’expérimentation et compte tenu des très bons résultats obtenus, Île-de-France Mobilités et la RATP ont décidé de pérenniser la présence d’équipages cynotechniques de détection d’explosifs sur le réseau RATP en Île-de-France.

Depuis décembre 2016, la RATP testait la présence d’équipages cynotechniques de détection d’explosifs afin de concilier les exigences de sûreté et de fluidité du trafic. L’objectif est de réduire la durée d’intervention pour la phase de levée de doute et de minimiser les impacts sur le trafic.. En effet, dans un contexte de vigilance accrue, le nombre d’objets abandonnés avait atteint en 2016 un niveau exceptionnellement haut : en moyenne près de 7 cas signalés par jour sur le réseau RATP, ce qui générait de lourdes conséquences pour les voyageurs, avec une durée moyenne de 40 minutes d’interruption de sur les réseaux ferrés.


L’expérimentation, menée avec l’autorisation de la Préfecture de Police durant 18 mois, du 1er décembre 2016 au 31 mai 2018, avec 6 équipages intervenant dans 9 gares RER et 32 stations de métro, s’est avérée concluante. Dans cette période, alors que le nombre d’objets abandonnés signalés est resté quasi stable, ce sont 72 heures d’interruption de trafic, soit 4 heures par mois, qui ont été évitées grâce à l’intervention de ces équipes.

Ces bons résultats ont encouragé la RATP et Île-de-France Mobilités à pérenniser cette expérimentation, en étoffant le dispositif avec 14 équipages supplémentaires d’ici le 1er octobre 2018, permettant un élargissement significatif du périmètre d’intervention, et portant le nombre total d’équipages à 20 sur 300 stations et 30 gares.

Ce dispositif est financé à 100 % par Île-de-France Mobilités, soit 3,8 M€ jusqu’en 2020.

 

Quelques données complémentaires issues d’une étude réalisée par Ipsos en mai 2017 auprès de 600 voyageurs :

  • 96% des voyageurs estimaient que « l’opération va dans le bon sens, que ce soit pour la régularité du trafic ou le confort psychologique des voyageurs »  
  • 96 % estimaient qu’à travers ce dispositif « la RATP agit pour plus de sécurité »
  • 75% trouvaient ces équipes « rassurantes »
  • 96% souhaitaient une généralisation du dispositif


Pour rappel : la forte présence humaine est au cœur du dispositif de sécurisation de la RATP, avec notamment un millier d’agents du Groupement de Protection et de Sécurisation des Réseaux qui assurent chaque jour des missions de prévention, de dissuasion et de sécurisation.

Cette présence humaine sur le réseau est complétée par les 6 000 agents de stations et gares qui sont eux aussi en position de vigilance. En complémentarité de cette présence humaine, la RATP déploie des moyens techniques importants, au premier rang desquels la vidéoprotection, outil indispensable dans la chaîne de sécurisation et l’aide à la décision, avec près de 50 000 caméras au total, dans les matériels roulants, sur les quais et dans les couloirs.

Sécurité