Culture

75ème anniversaire de la Libération de Paris : hommage au Colonel Rol-Tanguy à la gare Denfert-Rochereau

A l’occasion de la célébration du 75ème anniversaire de la Libération de Paris, tous les espaces RATP Denfert-Rochereau ont été sous-titrés « Colonel Rol-Tanguy », en hommage au célèbre résistant français.

Déjà en 2004, à l’occasion du 60ème anniversaire de la Libération de Paris, la RATP avait installé un panneau mémoire et sous-titré les quais de la ligne 4 en hommage au Colonel Rol-Tanguy, chef régional des Forces françaises de l’intérieur (FFI) de l’Île-de-France et responsable du PC de liaison installé dans la station Denfert-Rochereau.

A l’occasion du 75ème anniversaire de la Libération de Paris, le sous-titrage de la plaque Denfert-Rochereau a été étendu à :

  • la station de métro Denfert-Rochereau (Ligne 6)
  • la gare de RER Denfert-Rochereau (RER B)

Il est également à noter que la RATP a mis à disposition du Musée de la Libération de Paris, situé 4 avenue du Colonel-Henri-Rol-Tanguy, Paris 14ème, et inauguré le dimanche 25 août 2019,  les plans d’origine de l’abri de défense passive (devenu PC de liaison lors des combats pour la Libération de la capitale).

Honorer la mémoire du colonel Rol-Tanguy depuis le lieu même où il dirigea la Libération de Paris, c’est rendre un juste hommage à l’héroïsme de celles et ceux qui ont combattu, et pour certains ont donné leur vie, pour libérer la capitale. Pour les milliers de voyageurs qui transitent chaque jour par ces stations et la gare Denfert-Rochereau, cette nouvelle dénomination est une invitation à découvrir ou redécouvrir ces grandes heures de l’Histoire de notre pays. La mémoire de la Libération de Paris a toute sa place là où, chaque jour, nos concitoyens peuvent circuler librement.

Elisabeth Borne
Ministre de la Transition écologique et solidaire

Il y a 75 ans, Paris s’est soulevé, menée par des héros qui pavèrent la voie à sa libération. Leurs noms ne doivent pas tomber dans l’oubli, parce qu’ils nous ont légué le bien le plus précieux qui soit : la liberté. Un des grands noms de la Libération fut celui du Colonel Rol-Tanguy, qui dirigea le poste central de liaison installé sous la station Denfert-Rochereau. Ami du Général de Gaulle, il fut un chef exemplaire et un patriote ardent. C’est donc avec fierté que la Région Île-de-France s’associe à cet hommage. Aujourd’hui, nous voulons nous aussi œuvrer pour la liberté de tous les Franciliens : la liberté de se déplacer, de voyager dignement ; la liberté d’être formé, à tous les âges de la vie, pour réaliser ses rêves. La liberté, aussi, de résister à ce qui entrave, ce qui enchaîne, ce qui aliène, des violences aux stéréotypes, emboitant le pas des grandes femmes et des grands hommes qui nous ont précédés.

Valérie Pécresse
Présidente de la Région Ile-de-France, Présidente d’Ile-de-France Mobilités

La Ville de Paris est très heureuse de s’associer à cette heureuse initiative qui renforce encore la présence du nom du Colonel Rol Tanguy dans le patrimoine métropolitain. Cette dénomination donnera, sans aucun doute, envie aux usagers des stations de métro et des gares RER de s’intéresser au destin de cet homme hors du commun qui a joué un rôle majeur dans la Libération de Paris. Juste à la sortie des stations Denfert - Rochereau, ils pourront se rendre au tout nouveau musée de la Libération de Paris – musée du général Leclerc – musée Jean Moulin qui s’est ouvert le 25 août. Ce musée de la Ville de Paris est précisément installé au-dessus de l’abri de défense passive qui servit de poste de commandement des FFI sous l’autorité de Rol Tanguy pendant les journées glorieuses et tragiques de la libération de Paris. Ce lieu mythique de l’histoire de notre capitale et de notre pays peut désormais être visité à 20 mètres sous terre, et fera l’émerveillement des Parisiens et des visiteurs.

Anne Hidalgo
Maire de Paris

Nous sommes très fiers de consacrer ces stations et la gare de Denfert Rochereau à la mémoire du colonel Rol-Tanguy. Ainsi, nous apportons une pierre supplémentaire au lien entre métro et société, par cet acte culturel et mémoriel, invitant le grand public à partager un devoir de mémoire. Ce lien très fort est naturel puisque l’abri de défense passive d’où Henri Rol-Tanguy commandait ses troupes était installé dans la station Denfert-Rochereau. C’est aussi l’occasion de rappeler que l’utilisation par la Résistance du métro, alors fermé, a été fondamentale dans ces combats pour la Libération de Paris, et de rendre hommage aux 3000 agents des transports parisiens qui y ont participé, 32 y perdant la vie.

Catherine Guillouard
Présidente-Directrice générale du groupe RATP

Henri Tanguy, figure de la Résistance française

Ouvrier métallurgiste, Henri Tanguy n’a que 17 ans lorsqu’il devient militant communiste et syndicaliste. Il est mobilisé en septembre 1939.

Dès 1940, il entre dans la clandestinité. En 42-43, il participe à la direction des FTP (Francs-Tireurs Partisans) de la région parisienne, puis intègre l’état-major des FFI (Forces Françaises de l'Intérieur) dont il devient, sous le pseudonyme de « Rol », le chef régional au printemps 1944.

C’est dans les catacombes de Denfert-Rochereau qu’il installe son poste de commandement en août 1944. Sous le lion de Belfort, il parvient à unifier les différents mouvements de Résistance parisiens en utilisant les lignes téléphoniques du métro, et conduit, du 20 au 24 août, 100 000 hommes à la bataille.

Le 25 août, le général Leclerc et Rol-Tanguy font signer au général Von Choltitz l’acte de reddition des forces allemandes.
Son dernier pseudonyme de Résistance est un hommage à son camarade Théo Rol, capitaine du bataillon « Commune de Paris » tombé à Sierra Caballes en 1938 lors de la guerre d’Espagne.

Disparu en 2002 à l’âge de 94 ans, Henri Rol-Tanguy donne depuis le 23 août 2004 son nom à une rue du XIVe arrondissement, non loin du lion de Belfort.

La biographie détaillée d’Henri Rol-Tanguy est affichée dans un panneau mémoire au sein des espaces de la gare Denfert-Rochereau. Grâce à ce type de panneaux culturels, la RATP permet aux voyageurs des moments de découverte et de mémoire et enrichit ainsi l’expérience de transport.


La Résistance et les transports parisiens

Fermé, le métro joue un rôle très important dans la Libération de Paris car, gardé par des agents, les Allemands ne peuvent y entrer. Il fut utilisé par la Résistance qui, en sus de l’abri de défense passive de Denfert-Rochereau, en utilisait les tunnels pour circuler. Chaque station de métro devient un poste d’écoute, un observatoire ou un centre de liaison.

Le mois d’août 1944 constitue l’apogée des combats de l’ombre.

La préfecture de police, occupée par les FFI, est ravitaillée à partir du 19 août par les agents résistants : renforts, armes et munitions pénètrent par un souterrain reliant la Station Cité et la Préfecture. L’Hôtel de Ville sera également ravitaillé au moyen des couloirs souterrains reliant ses sous-sols à la station Châtelet.

Les agents des transports parisiens seront très investis puisque 400 agents s’unissent alors pour constituer les “ milices patriotiques Métro Bus ”. Le 17 août, 3 000 agents des transports parisiens défilent ainsi rue de Rivoli et défient l’occupant.